Toilettage

Le toilettage du  SKYE  TERRIER par Nathalie DROCHON

Le toilettage du Skye est relativement simple, le tout étant d’entretenir « Monsieur Skye », essentiellement avec un brossage régulier afin qu’il ne ressemble pas à une épaisse couverture feutrée ! Il est ridicule de croire qu’un chien ne se lave que deux fois par an : un bain mensuel est au minimum nécessaire car seul un poil propre pousse !

Un Skye, c’est un chien long, fin et très élégant. On devrait  pouvoir tracer avec une règle deux lignes rigoureusement parallèles de chaque côté du chien quand on le  regarde de face sans aucune  dévianceLe Skye terrier doit donner l’impression de voler avec élégance quand il marche.

Les puristes prônent un toilettage sans coupe, le Skye devant  rester rustique ! Pourtant au fil des ans, les amoureux de cette race se sont aperçus que le simple fait d’égaliser et de discipliner un peu la robe donnait un aspect final plus élégant et soigné.

  • L’art du toilettage chez le Skye  consiste à donner un aspect d’ensemble propre et harmonieux sans que l’on puisse soupçonner que la main de l’homme y soit pour quelque chose.  Le naturel avant tout !

En ce qui concerne la fourrure, le standard officiel précise : « Poil double.  Le sous-poil est court, serré, doux et laineux.  Le poil de couverture est long, dur, droit, plat, sans boucles. »   Il est à noter que le Kennel club britannique a modifié, début 2009, son standard qui précise maintenant que le Skye doit, dans son apparence générale, être « long, bas, avec un manteau de bonne longueur »  et que son poil de couverture doit être « de longueur raisonnable », dur, droit, plat, sans boucle, « ne gênant jamais l’action ». 

Le poil des oreilles appelées dans le jargon des connaisseurs « soies » est comme son nom l’indique d’une texture plus soyeuse et légère que le reste de la robe. 

Le poil de la tête sera plus court et on tolérera une texture moins dure que celle du corps. La queue devra être longue et gracieusement frangée. 

Pour toiletter correctement un Skye, il faut que le poil soit en bonne condition, c’est-à-dire vigoureux, brillant et éclatant de santé. Il est indispensable pour y contribuer de donner au chien une nourriture de qualité à laquelle on pourra ajouter quotidiennement une cuillère d’huile de table  (colza, pépins de raisins ou tournesol ; pas d’huile d’olive car le chien n’assimile pas les acides gras de cette huile).

Les outils les plus importants sont

  • un peigne métal double (un coté large et un coté serré),
  • une brosse douce à picots longs et
  • une brosse en poils de sanglier très douce pour les oreilles et les zones fragiles ou sensibles. 

On conseillera en plus une bonne paire de ciseaux droits de longueur moyenne, une paire de ciseaux courbes pour l’arrondi des pattes et éventuellement une paire de ciseaux à désépaissir pour sculpter la robe et mettre en valeur les lignes générales du chien.  Ensuite, comme pour toutes les races de chiens, on aura aussi, dans sa trousse, un bon coupe-ongle. En produit de cosmétique, on choisira  un shampoing doux, un après shampoing nourrissant, du lait pour le soin des oreilles, une lotion pour le nettoyage des yeux et une petite tondeuse pour la toilette d’hygiène. 

Il ne faut jamais brosser la fourrure d’un Skye « à sec ». Il est conseillé de toujours se munir d’un spray hydratant afin de permettre aux outils de glisser dans la fourrure sans accrocher car cela endommagerait la gaine du poil. On commencera avant toute chose par brosser doucement l’ensemble de la robe  en commençant par l’arrière, puis en remontant vers la tête.  On travaillera  mèches par mèches en prenant dans la main   chacune d’entre elles  à la base  afin de ne pas opérer de traction (aussi  douloureuse que dommageable) sur le poil. Lorsque l’on aura fini de brosser le chien entièrement en accordant une attention particulière aux entre-jambes et derrière les oreilles car  le poil y est plus fin et a tendance à s’emmêler plus rapidement, on fera un rapide contrôle avec le peigne afin de bien s’assurer que l’on n’a pas laissé de nœuds. Il est conseillé, également pour faciliter la suite du toilettage de tracer une raie sommaire partant du bout du nez au bout de la queue.

La tête : On coiffera le poil de la tête en le répartissant de part et d’autre du crâne. On formera ainsi un « rideau » séparé en son milieu par la fameuse raie si typique. On prendra soin de dégager le champ visuel du chien en formant un léger mouvement du poil en arrondi au niveau des yeux quand on coiffera  de part et d’autre de la tête. Il sera également conseillé de couper au plus court sans que cela ne se remarque trop, le poil au coin des yeux qui parfois est source d’irritations et de larmoiement. Il faudra aussi égaliser la barbiche en dessous du menton afin de donner un aspect net et de démarquer le poil de la tête de celui du plastron.

Les oreilles : Le poil des oreilles doit être soigneusement lissé du haut vers le bas avec beaucoup de délicatesse car il  est très fragile à cet endroit. En fonction de son implantation, on pourra être amené à ramener les poils des oreilles vers l’avant afin de cacher l’entrée du pavillon. Certains Skye ont une implantation partant du dessus vers le bas, d’autres ont une implantation du poil uniquement sur les côtés des oreilles. Dans ce dernier cas, les soies paraîtront pauvres et ne cacheront pas le pavillon de l’oreille, ce qui est très disgracieux.  C’est souvent le cas chez les chiens issus de lignées anglaises. 

Le cou : On coiffera le poil de haut en bas de part et d’autre de l’encolure. On pourra si le chien a une masse trop volumineuse de poils, désépaissir légèrement à l’aide de ciseaux sculpteurs afin de donner au chien un maximum d’élégance et souligner la « gracilité » de l’encolure.

Le corps : La ligne de dos doit être aussi parfaite que possible : la raie aura là toute son importance. Une raie mal faite risque de donner l’impression que la ligne de dos n’est pas bonne. Si le chien n’a pas une ligne de dos parfaite, il faudra essayer de corriger avec le toilettage en crêpant ou en laissant plus de volume aux endroits où le dos serait un peu creux. Le poil des cuisses et de l’arrière main doit lui aussi être travaillé de façon à donner un visuel parfait. Un chien qui aurait un poil trop volumineux sur l’arrière train paraîtra plus court et plus lourd. Les fameuses lignes parallèles seraient impossibles à tracer ! La ligne de dos doit se fondre avec l’implantation de la queue. On évitera de trop plaquer le poil de la robe au niveau des coudes au risque de donner une impression  de coudes décollés. Le poil de la robe doit être plombé c’est à dire droit sans ondulation, ni frisure. Le chien doit paraître fin et élégant.

Membres et pieds  antérieurs : on commencera par l’arrondi du pied. On fera une distinction entre le poil du pied proprement dit et celui de la robe. Avec un peigne on fera une séparation pour ne garder que le poil qui épouse le pied.  On tirera doucement le pied en arrière, on le maintiendra avec la main, fourrure rabattue vers le bas et on  coupera tout autour du pied, en arrondi, tout ce qui dépasse.   On reposera le pied au sol  et on ajustera  éventuellement. Ensuite, on coiffera l’ensemble de la robe de la patte afin de faire un joli arrondi général. Des contours de pattes mal faits peuvent donner l’impression que le chien a un défaut. Si le chien était panard, on éviterait de couper l’arrondi trop court sur l’intérieur afin de corriger l’aspect visuel en laissant du poil et on couperait plus court là où le pied a tendance à tourner. 

Membres  et pieds postérieurs :

*Les poils des jarrets : on tirera délicatement la patte vers l’arrière et on coupera en biais le poil le long de cette dernière en remontant jusqu’à la pointe du jarret.  On reposera la patte au sol et on vérifiera que l’on a bien un visuel de « petite botte » sur l’arrière de la patte qui laisse bien apparaître la voûte plantaire du chien à la marche.  La patte paraîtra plus soignée car les poils épouseront sa forme et ne donneront pas l’impression de longs poils fins sans forme qui tombent sur le pied. 

*Les pieds : On coupera les poils en arrondi en épousant la forme des pieds.  La méthode la plus facile consiste à prendre le pied dans une main, à le retourner en mettant la patte en arrière et à couper tout autour du pied ce qui dépasse sans couper le poil trop court.  On le reposera ensuite  au sol et, si besoin, on corrigera l’arrondi.

*Les coussinets : Il est également important de couper court les poils entre les coussinets car ils sont parfois responsables d’irritations, particulièrement quand un caillou y reste coincé.

*Les ongles : Coupez les ongles avec un coupe-ongle prévu pour ce travail. Un ongle qui cliquette sur le parquet signifie qu’il est trop long. Observez l’ongle sur l’envers. Il présente une fente  sur une certaine longueur. En général, cette partie fendue correspond à la partie à couper. Ce n’est pas une science exacte car il est difficile de voir la matrice (lunule) quand l’ongle est noir. Si vous coupez trop court, cela saignera beaucoup mais même si cela doit être inconfortable, ce n’est pas mortel !  Il faudra alors utiliser un bâtonnet hémostatique ou plonger la patte dans du talc afin d’arrêter les saignements, ce qui peut prendre un certain temps.

La queue : il n’y a rien de plus laid qu’un Skye dont les franges de la queue ne sont pas égalisées. Ça lui donne un faux air de balai espagnol sur le déclin !  Il est donc important de toujours veiller à égaliser  les poils de la queue afin de donner une forme et une allure générale soignées. Pour se faire, tendre  la queue en pinçant  l’extrémité des poils entre vos  deux doigts et couper légèrement en cimeterre, de l’extrémité vers la base (le cimeterre est  un sabre oriental, à lame large et recourbée).

La toilette d’hygiène : c’est une étape importante du toilettage qui doit être faite régulièrement.

*Chez les femelles : on rasera la vulve et on rasera la partie supérieure interne  des pattes arrière de façon à ne pas avoir de poils qui viennent se coller sur une vulve humide. On rasera également l’anus afin que les excréments ne risquent pas de rester collés aux poils..

* Chez les mâles : on rasera le poil du pénis le  plus court possible. Certaines personnes vous diront que c’est une erreur car le toupet de poils situé à l’extrémité sert de guide à l’urine et évite au mâle de mouiller sa robe. Néanmoins, un mâle a souvent des sécrétions dont l’accumulation peut être parfois désagréable sur le plan olfactif. Alors, soit il faut se contraindre à lui nettoyer le pénis tous les jours pour éviter les odeurs et garder le petit toupet, soit il faut raser  au plus court. Comme pour les femelles, on rasera le tour de l’anus.

Les yeux : tous les matins, on vérifiera que les yeux soient propres. Sinon on passera aux coins des yeux, un coton imbibé d’une lotion prévue à cet effet, en prenant bien soin de ne jamais  toucher l’œil.

Les oreilles : on fera une rapide vérification régulièrement. Les oreilles doivent toujours être propres. Un amas de cérumen peut traduire la présence d’une otite ou d’une gale.

Le toilettage du Skye n’est pas vraiment fastidieux si on est rigoureux. Les gros nœuds se démêlent facilement mais il faut être patient et doux avec son chien.  Quand on a un gros nœud feutré dans la fourrure, il ne faut pas céder à la facilité en coupant. Il faut se poser, prendre son peigne et travailler petit à petit en rentrant dans le nœud. On tiendra le peigne verticalement et on travaillera avec les deux premières dents et essayant de dégager mèche par mèche. Le nœud finira par disparaître et vous n’aurez plus dans la main qu’une petite boule de poils laineux responsable de la formation du nœud initial.

Chez le chien âgé le toilettage peut devenir une contrainte. Il commence à avoir des rhumatismes et n’est plus aussi souple qu’avant. Il faut alors plus de temps pour le toiletter. Il faut lui permettre de faire des pauses et surtout l’encourager au maximum à se coucher pour ne pas fatiguer ses pattes. Il est conseillé de raccourcir légèrement la robe, de faire une toilette d’hygiène très régulièrement et de raser le ventre et les entre jambes car les nœuds sont plus fréquents dans ces zones qui sont sensibles.